Le blog quotidien - non hétérophobe - de
Silvano Mangana (Louis Arjaillès, aussi). Maison de confiance depuis 2007.


Tombe, Victor !

mercredi 15 mars 2017

Sublime



Far from heaven (Loin du paradis) de Todd Haynes (2002) est l'un des plus beaux films du monde : Haynes recrée admirablement l'atmosphère de l'Amérique profonde des années cinquante (le Connecticut, ici) en rendant hommage à la manière du grand Douglas Sirk. Le film de Haynes aborde en miroir l'homosexualité et les méfaits de la ségrégation raciale de cette Amérique-là
Et puis il y a Juliane Moore, immense, ce qui n'est pas rien.
Enfin, la partition d'Elmer Bernstein rend, elle aussi, hommage aux grands moments du cinéma hollywoodien, rappelant, par exemple, celle de Franz Waxman pour Une place au soleil. 

 

3 commentaires:

ludovic a dit…

Je confirme; Loin du Paradis est un film magnifique et (malheureusement) très actuel dans l'Amérique de Trump

Anonyme a dit…

De loin ma pièce musicale préférée composée par Elmer Bernstein est le thème d'ouverture de "Du silence et des ombres" ( To Kill a Mockingbird). L'introduction au piano seule, melenncholic cède à une orchestration magistrale et émouvante.

Remi

Silvano a dit…

Merci Remi : je viens de l'écouter, c'est très beau, effectivement.